Recensement du Marché de Tabarre Imprimer Envoyer
Vendredi, 07 Septembre 2012 15:01
  1. Le Ministère du Commerce et de l’industrie est l’un des principaux instruments du Gouvernement pour atteindre l’objectif des 500000 emplois promis par le Président Martelly.  Le MCI est convaincu que les niches d’emplois se retrouvent principalement au niveau des PME qui foisonnent dans tout le pays avec les crises naturelles et structurelles qui frappent l’économie nationale depuis les années 1990.
  2. C’est pourquoi le plan d’action du MCI a prévu la mise en place d’un vaste programme d’appui au développement des PME. Il se trouve que, malgré les différentes bases de données existantes, la situation réelle des PME est mal connue en termes de leur répartition sur le territoire, des secteurs d’activités, de leurs chiffres d’affaires, du nombre d’emplois effectivement créés et des blocages qui entravent leur développement. Tel est le but du recensement général des entreprises sur lequel a travaillé le MCI depuis…
  3. Le lancement de ce recensement était encore en préparation quand est survenu l’incendie du marché de Tabarre dans la nuit du 25 Février 2012. Différentes entités de l’État, dont le Ministère du Commerce et de l’Industrie, ont été impliquées dans une structure de coordination chargé  de trouver des réponses aux problèmes des milliers de victimes déclarés.
  4. Avec le caractère informel des marchands-es, la première grande épreuve était d’identifier exactement ceux et celles qui occupaient effectivement les marchés, leurs activités, leurs situation socio-économique. L’idée en est venue de procéder au recensement des marchands-es, offrant ainsi un terrain pilote pour expérimenter en grandeur réelle les instruments et outils prévus pour le recensement national des entreprises.
  5. Trente enquêteurs assistés de cinq (5) superviseurs ont réalisé ce recensement au cours du mois de juin 2012. Un Directeur adjoint du MCI a coordonné l'opération avec l'appui du Ministère à la Condition Féminine et aux droits des femmes, de la Délégation de l'Ouest de la Mairie de Tabarre et des associations de marchands-es. L'opération de saisie a débuté le 18 juin pour prendre fin le 5 juillet 2012.
  6. L’analyse des données obtenues permet de produire les constats suivants
    • 2994 marchands-es recensés-es, très loin des 12,000  avancés à la suite de  l’incendie
    • Les propriétaires d’entreprises du marché de Tabarre sont majoritairement des femmes : 76%
    • La plupart des propriétaires proviennent des communes de Delmas, de Tabarre et  Croix-des-Bouquets : 76%
    • Seulement 105 (4%)  ont déclaré avoir en leur possession la patente délivrée par la Direction Générale des Impôts (DGI).  Plus de 96 % des commerçants de Tabarre fonctionnent  dans l’informel.
    • Seulement 15 entreprises, soit un infime pourcentage de 0.5%, sont détentrices de la Carte d’Identité Professionnelle (CIP) délivrée par le MCI.
    • Les commerçants ont en leur possession au moins une pièce d’identité : 69% détenant un CIN et 31%  un NIF
    • 53% ont un chiffre d’affaires de moins  de 250000 gourdes et 29% un chiffre d’affaires de plus de 500000 gourdes, les plus importants étant détenus par les marchands-es de Delmas et de Tabarre
    • quatre (4) catégories de marchandes : les grossistes, les semi-grossistes, les détaillants et les semi-détaillants ;
    • Les commerces les plus pratiqués sont dans l’ordre décroissant : 1) le commerce de chaussures et de tennis neufs et usagers 2) la ventes de tissus et de sacs à main viennent, 3) Les produits alimentaires et les produits cosmétiques.
  7. Il est évident que cet incident a de très fortes incidences économiques, sociales et sécuritaires sur ces familles dont le commerce servait à la satisfaction des besoins primaires,   l’écolage pour les enfants, le paiement du loyer du logement, etc.
  8. Les marchands-es recensés évoquent beaucoup de difficultés rencontrées dans l'exercice du commerce, comme les risques d'incendie, la perte fréquente de leurs marchandises, l'insécurité régnant à l'intérieur et aux environs du marché, le poids des dettes contractées auprès des tiers.
  9. Ils expriment aussi certains besoins dont les principaux sont : 1) la nécessité de bénéficier de l'encadrement de l'État, 2) l'accès à des aides financières pour faire face aux contraintes et élargir la base du commerce ; 3) le dédommagement suite aux pertes enregistrées lors de l'incendie, 4) le maintien de la sécurité dans la surface du marché.
  10. En dépit de limites de ce recensement, liées principalement au contexte et aux nombreuses questions essentielles non couvertes, le Ministère du Commerce et de l’Industrie est en mesure de confirmer au terme de cette étude ses principales hypothèses et recommandations :
    • La nécessité d’une réponse cohérente et structurante aux problèmes des victimes en particulier et des marchés  en général
    • L’urgente nécessité d pouvoir identifier chaque opérateur commercial quelle que soit sa taille et son domaine d’activité par la formalisation de leurs activités ;
    • Avec les volumes de chiffres d’affaires observés, il est contreproductif de lancer des programmes de distribution indiscriminée d’argent aux marchandes. Les conséquences pourraient être incalculables pour la situation des marchés à travers le pays ;
    • Le Ministère s’en tient à l’idée de mettre en place avec les autres entités de l’État des mécanismes de refinancement à travers le crédit institutionnel, quitte à accorder un moratoire pour permettre un certain niveau de recapitalisation.  Cette réponse devra être impérativement concertée.
    • Parallèlement, des mesures devraient être rapidement mises en place pour identifier et punir les coupables ce genre d’incendies et les enrayer une fois pour toutes.
  11. D’autres leçons techniques ont été apprises au cours de cette étude. Elles seront avantageusement mises à profit pour améliorer la conception et la réalisation du recensement national des entreprises que lance le MCI au début du mois de septembre.
  12. A la suite de ce recensement, une équipe composée de représentants du Ministère du Commerce et de l'Industrie (MCI), du Ministère de l'Economie et des Finances (MEF) et de la Banque de la République (BRH) a conçu un document de proposition d'un mécanisme de facilitation d'accès au crédit au bénéfice des marchands de Tabarre. Ce document se trouve en annexe au rapport.
  13. Ce programme recommande de ne considérer comme bénéficiaires que les commerçants dument identifiés dans le cadre de ce recensement. Il préconise le plafonnement du taux d'intérêt et des frais ainsi que des modalités de remboursement flexibles, avec une période moratoire avant le début du remboursement du prêt (capital et intérêt).
 

Recherche